Fritures

C’est intéressant de lire à nouveau, de retourner sur son chemin voir une fois de plus la même chose. Et on s’aperçoit alors, et on montre cette présence en acte de l’infini dans le fini, d’où la nécessité pour Hegel pour clore le processus dialectique en lui même, la fin est quelque chose déjà donnée dès le départ.  On a besoin de l’absolu dès le départ.

« …l’huile est déjà saignante, veuillez ne pas en rajouter… »

Extraits de parole ; pris sur le vif dans un flou imminent, une spontanéité du smog, là en terre, ça pousse et ça balance, et on se nourrit encore et on pousse encore. Terre nourricière de cendres d’encre, mais quelle est la source ? De quoi se fait la fluidité ? Liquide cervical et regard en bais, la réalité se voit transformée !

« …de la friture sur la ligne qu’ils disent, de la friture sur la ligne… »

Oreste tue sa mère en connaissance de chose. Taxinomie de l’horrible. C’est drôle, c’est éternel.

Suède, Diamant et Montgolfière, 2010.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s