Botanique Sauvage !

Petite fantaisie de pensée, au fil des mots et des images…

… que peut on bien penser lorsqu’on est aussi petit qu’un humain, aussi instable qu’un tas de viande et d’enzyme? Les jardins botaniques sont là pour vous aider à y répondre.

La grandeur et le calme des plantes. La moiteur des serres tropicales. Le sentiment si connu d’inquiétante étrangeté qui vous saisit et le concept de sublime qui vous serre le coeur en étau. La peur ou la beauté. L’attraction ou la perte. Qui sommes nous pour sentir aussi fort, pour bouger autant, pour s’inquiéter de le faire?

Titanum aurum, amorphophallus de son petit nom est ici pour nous faire prendre conscience, nous faire perdre nos valeurs si sûres et inaliénables, celles du temps, de l’espace et de la morale. Cette plante n’est ni manichéenne, ni temporellement imaginable, ni même spatialement envisageable.

Les faits importent peu, aujourd’hui, que la Rumeur nous guide ! Elle renverse tout si on y prête attention. Rumeur est accompagnée d’Attente qui a le don pour être déçue. Mais tant pis, l’expérience vécue est toujours plus vile que l’expérience pensée.

Temps, tu défaille aux côtés de cette fleur qui grandit au delà de l’esprit humain castrateur, hors de sa portée cérébrale. Elle fleurit une fois dans la mémoire de l’homme, s’il est chanceux deux. Evénement possible, événement restreint, expérience inédite, sans remake possible.

Espace, tu te rétractes de honte devant l’absurdité qui en ton sein se nourrit. Tu l’as gavé cette plante, à l’instar de la mère moineau et de sa trahison à l’avantage du coucou, tu as donné à cette plante la possibilité de te manger ! Sa fleur, lorsque sa patience est enfin élimée, te dévore, prend ta place. Elle devient l’espace possible. Titan.

Moralité, tu faillis à ses côtés, la fleur qui défit l’espace et le temps pue le cadavre en décomposition et l’oeuf pourri for her sake ! N’essaye pas de croire à ton rétablissement, la puanteur est aimée des mouches à viande et des cafards charognards. Ne pense pas être sauvée, la plante les utilise à son propre intérêt, égoïste, génétique.

Oui, mais les hommes puent.
Les mouches sont toujours aussi mouches.
Elles aiment la deuxième main, la seconde vie, la première mort.
Et les hommes en ont peur.
Et les mouches s’en foutent.

Et la fleur, et la fleur?
Elle s’en occupe ni figue, ni raisin.
Plutôt pollen.

En elle tout se trouve. Coupe, vase, malle aux secrets de l’humanité elle éveille par son mythe déjà celui de l’éternité, celui de Priape au doux nom de fleur, celui de l’éternel renouvellement, celui du paradoxe empirique, …

Véritable exercice d’herméneutique sauvage, je ne prétend ici à aucune objectivité, aucune véracité ni même à un degré d’analyse pertinente quelconque. Ce n’est ni le but, ni l’endroit. Pour votre bon plaisir. Et le mien. Uniquement.

Si vous aimez la réalité des faits et des expériences, allez donc voir ce qui s’est objectivement passé : Moctezuma et la chute d’un mythe botanique (lien cliquable).

Publicités

2 thoughts on “Botanique Sauvage !

  1. Ping: Un mythe qui s’effondre… | Blog de Stockholm v2.0

  2. Oui, j’ai vu cette belle bête, par l’intermédiaire de tes yeux et du net de Richard ! Merci pour le cadeau et gros bisoux, bien puants et baveux (tu peux me faire confiance)!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s