Etincelle n°2 : les mots qui émoustillent le cerveau

« C’est pourquoi il nous a paru nécessaire de nous « rewriter » nous-même et de proposer à la curiosité d’un public, que nous espérons plus caste et animé de la curiosité du néophyte, un ensemble littéraire et une forme de littérature qui nous paraissent unique au monde et qui constituent un espoir, une ultime planche de salut pour un art en grand danger de sclérose intellectuelle d’une part, de corruption journalistico-mercantile d’autre part. Oui, il est possible d’écrire des oeuvres à la fois de qualité et accessibles à tous, des oeuvres qui parlent de choses sérieuses sans tomber dans ce qu’il est convenu d’appeler la sinistrose, des oeuvres qui donnent envie de vivre, de travailler et d’aimer, des oeuvres saines mais sans fadeur, profondes mais dénuées de sophistication, des oeuvres pleines, humaines, sans concessions, qui vous rendent fier d’être un homme. »

Philippe Bouquet, La Bêche et la Plume : l’Aventure du roman prolétarien suédois, Collection voix d’en bas, Plein Chant, 1986, p.8.

Publicités

One thought on “Etincelle n°2 : les mots qui émoustillent le cerveau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s