Voyager en Japorientalisant

Voyages – aspects pratiques primaires et inconscients, bons plans et ouïe-dire

extremeorientalisme_avantUne fois décidés, il faut y aller.
Mais on ne sait pas bien où trouver les cartes au trésor, à quel point cela diffère, ce que l’on doit prévoir.
Quand le cas-où est hasardeux et erratique il explore les faces cachés d’experts-minutes et de conseils imprévus.
Être prévoyant dans le flou. Tout un art.

Le Japan Rail Pass (JR Pass) qui s’achète avant de partir et qui se confirme une fois sur place. La seule manière de traverser le Japon sur les rails pour peu cher, moins cher que pour les japonais eux-mêmes. Nécessite un peu de planification.
http://www.vivrelejapon.com/voyage-japon/japan-rail-pass

A Paris on peut le trouver au 30 rue Ste Anne.

Jardins et Bains à Tokyo

les onsen et les sento : bains publics et sources chaudes
http://www.secret-japan.com/forum/onsen-in-and-around-tokyo-t312.html
http://www.routard.com/forum_message/3193477/onsen_pas_cher_pres_de_tokyo.htm

les jardins
http://www.tourisme-japon.fr/decouvrez-le-japon/destinations/kanto/activites-dans-le-kanto/jardins-de-tokyo-et-de-ses-environs

Avoir un téléphone au Japon

pour le téléphone sur place :
http://www.routard.com/guide/japon/1653/vie_pratique.htm

(les prix et les alternatives)
http://www.routard.com/forum_message/3443796/telephone_portable_pour_le_japon.htm

(quelques conseils)
http://www.visajapon.com/acheter-un-telephone-portable-au-japon-en-2013

Ce qu’en disent les expatriés.
http://www.vivrelejapon.com/voyage-japon/magazine/conseils/tokyo-transport-pass
http://www.expat-blog.com/guides/guide-Japon.pdf
http://www.votretourdumonde.com/vivre-a-tokyo/
http://www.lejapon.org/forum/content/888-Conseils-pour-votre-sejour-au-japon
http://www.vivrelejapon.com/voyage-japon/magazine/conseils
http://www.vivrelejapon.com/voyage-japon/magazine/adresses/musee-ghibli
http://www.mmatsuura.com/e/tokyo/visiting.html
http://www.orientationtokyo.com/?p=57
http://www.businesstraveller.asia/asia-pacific/news/top-tips-for-moving-to-tokyo
http://www.transitionsabroad.com/listings/living/articles/living-in-tokyo-japan-culture-shock.shtml
http://www.tokyosurvival.com/category/culture-notes/
http://www.lonelyplanet.com/japan/tokyo/travel-tips-and-articles/1437

un commentaire sauvage au passage : le concept d’expatriés n’est pas si simple, les idées et les pratiques qui en ressortent sont très atypiques et intéressantes. Un expatrié n’est ni un voyageur (temporairement ailleurs que ce qu’ils appellent maison), ni un immigré (qui souhaite faire de cet ailleurs où il arrive une maison – quitte à ce qu’elle soit secondaire). Non, un expatrié est hors de sa père matrie, il n’est plus spatialement là où il est né ou là où il se considère être né mais il se revendique toujours de ce lieu originel, sans chercher à s’intégrer comme l’immigré, mais sans pour autant entrer en conflit avec ce lieu comme un prisonnier ou un exilé forcé. Il est dans cet ailleurs de manière plus ou moins volontaire ou choisie. Cette situation mène à des conflits intérieurs (inconnu du voyageur) et à un sentiment de liberté (inconnue de l’immigré). Le point de vue de l’expatrié est toujours intéressant de ce point de vue là, car il est original. Il est issu d’une situation expliquée comme temporaire mais vécue comme une qui dure. Là où la place et la parole de l’expatrié sont intéressants du point de vue de la culture est que la culture de son origine est fixée en un temps et un fantasme précis dans cet ailleurs qu’ils occupent. Et s’actualise ainsi. Je m’explique : pour le cas de la France, elle existe ailleurs à partir de ce qu’elle projette dans ses institutions, ses immigrés, ses expatriés et ses voyageurs. Les institutions maintenant une certaine propagande nationale finalement d’une influence très limitée, ce sont les personnes qui font de cette projection une réalité plus concrète  pour ceux dont l’ailleurs est maison. Le voyageur est à la recherche de l’autre et efface un minimum sa propre identité culturelle pour mieux atteindre celle de l’autre, l’immigré essaye d’intégrer un maximum ce nouvel ailleurs, maison en devenir et enfin l’expatrié essaye de maintenir un maximum son identité d’origine en le rigidifiant un peu afin de répondre aux attentes de l’autre et de contrer l’invasion dans son quotidien ailleurs-maison temporaire de l’ailleurs. Un peu comme une couleur qui ne se dilue que sur les bords. Une constance un peu dépassée mais se voulant un minimum essence.

(Un blog et site à la fois de témoignage sur la vie d’une française au Japon et sur la vie au Japon. Comme un bon roman feuilleton avec le grain des mots et la virulence des sentiments, la réalité vécue prend sa place entre glande lacrymogène et zygomatiques nerveux.)
http://www.sonyan.fr/

Publicités

2 thoughts on “Voyager en Japorientalisant

  1. Ping: La Japorientaliste découvre la ville et les paysages – Partie 2 Entre Kyoto et Fukuoka | Herméneutique sauvage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s