Délires Linguistiques Sauvages : kæmpe

Tout ce qui suit est le fruit d’une imagination vagabonde au détour de la consultation d’un dictionnaire français/danois ou français/suédois. Le Baleinier avait un mot pour ce moment d’égarement parmi tous les mots possibles proposés par le dictionnaire. La valeur de vérité historique de l’explication pseudo-historique proposée est aussi élevée que le quotient intellectuel d’un cadavre en putréfaction. Exception faite pour les zombies et autres mort-vivants.

Le mot 

« kæmpeopstillinger »

Traduction approximative (commentez si je me trompe) : Énorme exposition

L’indice

Ce qui nous intéresse ici n’est pas le mot « exposition » mais bien ce qui le précède, à savoir « kæmpe » qui signifie deux choses : grand / énorme / géant, c’est à dire qu’il permet d’ajouter une précision presque emphatique sur ce qui le suit (ici l’exposition) mais aussi lutter / combattre … lorsqu’il est sous sa forme verbale.

Que nous révèle cet indice ? Pourquoi donc lier les notions de lutte et de géant ?

L’histoire

Il y a très longtemps au Royaume du Danemark, qui était alors bien plus étendu qu’il ne l’est à présent, les géants vivaient encore au grand jour et il n’était pas rare d’en rencontrer lors d’une expédition en forêt ou en bord de mer. La paix ne régnait pas entre le peuple des géants et celui des hommes et si les premiers pouvaient croquer quelques humains au détour d’un chemin, ils ne se privaient pas. Pour se protéger les villageois avaient conçu tout un réseau d’informateurs qui connaissaient le moindre déplacement des géants. Il faut dire qu’ils n’étaient pas particulièrement discrets puisqu’ils dépassaient largement la cime des arbres.

CarnetdeKyoto_nicolasdecrecy

Ce que l’on sait moins sur les géants qui nous préoccupent est qu’ils avaient beaucoup voyagé et étaient originaires de l’Empire du Japon, au moins pour les générations adultes – l’espérance de vie d’un géant est particulièrement élevée. Ils parlaient donc couramment japonais et les danois n’en comprenant pas un mot, entendaient un son revenir très régulièrement dans les conversations des géants qu’ils espionnaient : sempaï. L’utilisation de ce terme est destiné à toute personne que l’on considère comme son aîné, dans le cadre d’un dojo par exemple. Cela permettait dans le cadre d’une confrérie de géant de conserver une certaine hiérarchie entre les anciens et les nouvelles générations. L’oreille danoise n’étant pas du tout accoutumée à ces sonorités, ils finirent par utiliser ce terme pour désigner les géants. Avec la déformation qui arrive souvent dans le cas de ces emprunts de langue, sempaï devint kæmpe. Mais de peur de les invoquer à force de prononcer ce mot il rajouter toujours très vite le mot suivant de manière à brouiller l’éventuelle incantation, comme dans kæmpeopstillinger. 

Mais la population humaine croissait et les territoires des géants étaient trop important, les danois avaient besoin de place et de sécurité. Ils s’organisèrent et décidèrent de lancer une offensive sans précédent contre les géants. La vieille superstition qui voulait que l’on invoque un géant en prononçant kæmpe devint tout à coup un avantage. Les armées engagées ne se privaient pas de crier aussi fort que possible ce nom qui avait tant terrifié les générations précédentes :

Kæmpe ! Kæmpe ! Kæmpe !

Attaque

Attaque

Cela devint un cri de ralliement et de guerre et finalement au bout d’un siècle de combats acharnés, les géants fuirent devant tant d’hostilités. Kæmpe prit alors la signification qu’on lui connaît aujourd’hui à savoir lutter, en hommage à ces temps héroïques.

Puis la réalité et la fiction se mêlèrent et l’histoire ne retint dans la langue danoise que cette étrange double signification de gigantesque et de combat.

La conclusion

C’est pourquoi, et grâce à cette preuve linguistique et étymologique, nous pouvons affirmer que les danois sont les plus combatifs des peuples.

Crédits d’illustration :

  1. Géant issu des planches réalisées par Nicolas de Crécy qui s’inspire lui-même des oeuvres de Kyosai. Regroupées sous le nom de « Carnets de Kyoto – Oni, Yokai et autres divinités ». L’exposition a eu lieu à l’Institut francais de Tokyo au Japon du 22 octobre au 24 novembre 2013.
  2. Scène de bataille issue de la série animée Attack on Titan tirée du manga L’Attaque des Titans écrit et dessiné par Hajime Isayama depuis 2009.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s